Cyrano, un sérieux clown

Et si Cyrano de Bergerac était un clown ? C’est le pari osé de Damien Luce qui revisite, en passant sous la lumière du chapiteau, le chef d’oeuvre de Rostand sans le dénaturer.

Que se passe-t-il quand un clown rencontre l’amour ? Cette drôlerie peut un jour survenir avec Cyrano. Car le clown des clowns de Gascogne reste invaincu sauf par l’amour de la belle Roxanne.

Mis en scène par Damien Luce, ce Cyrano est clownesque mais pas du tout ridicule. Sur scène, cinq clowns et deux musiciens. Tous les clowns sont affublés d’un nez blanc... sauf Cyrano, dont l’appendice est d’un rouge vif. 

Pari fou

La troupe a fait un pari fou digne du chef d’oeuvre d’Edmond Rostand. Ce pari consiste à exprimer le génie du texte par l’art clownesque. On pourrait croire à une erreur de casting. Mais le subterfuge fonctionne à plein. Contrairement aux idées reçues, l’art du clown ne vise pas uniquement à faire rire. Le rire est capable beaucoup transmettre. Il met à nu le for intérieur des comédiens qui, en faisant rire, prennent le risque de pleurer sur eux-mêmes. 

Appliqué à Cyrano, cet art produit des résultats étonnants. Entre rire et désillusion, le spectateur est capable de s’identifier au tourment du héros fantasque de Rostand. A son fol orgueil qui le pousse à défier tous les hommes avec panache. A sa fragilité face à l’amour d’une femme contre laquelle il ne peut rien. 

La mise ne scène de Damien Luce est clownesque. Forcément. Un joueur d’accordéon, des boules de papier qui volent en direction du public, des ombres chinoises, des onomatopées et des grimaces. La célèbre pièce de Rostand est revisitée. Customisée par le nez. C’est un gag mais un gag poétique et abyssal. Cyrano reste clown, même dans les moments les plus pathétiques. Par exemple quand Christian se rend compte que Cyrano aime véritablement Roxanne... Malgré son extérieur qui prête à rire, l’intérieur de Cyrano est démaqué. Il aime, il est dévasté et si vulnérable.

Nez blanc ou nez rouge, tout le monde est clown dans cette pièce. Jusqu’au bout... du nez. On admire la dernière scène. Cyrano, vieux et blessé, a perdu son maquillage mais non son panache. Il avoue son amour à Roxanne. Ce sera sa seule et unique défaite.


Comédie Saint-Michel Paris « Cyrano de Bergerac » plein tarif 20 euros jusqu’au 11 juin.


Partagez avec Facebook

Le 8 juin

galerie photos
paris01.jpg
Pub

AccueilActualitéCultureInterviewGalerie photosÉditoQui sommes-nous?
Copyright © 2004-2008 lemagazine.info | tous droits réservés | Designé & Développé par Ilich Chamorro

SPIP | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0