Jimmy Savile, un silence assourdissant

Après un passage remarqué au Monfort Théâtre, la pièce « Jimmy Savile – un silence assourdissant » sera au Théâtre de l’Avant Seine jusqu’au 17 février. Une dénonciation ambitieuse de l’entreprise destructrice et des crimes sexuels d’une icône de la télévision britannique, animateur phare de l’émission « Top Of The Pops ».
 

Faire le procès d’un mort sur scène, tel est le pari téméraire du jeune et talentueux dramaturge Pierre-Marie Baudoin. Le metteur en scène s’empare d’une légende populaire et la décortique sous nos yeux, via un dispositif scénique associant théâtre, musique et vidéo, pour en extraire le pus et les scories. 
 
Un mythe s’écroule
 
Jimmy Savile, excentrique présentateur d’émissions ultra-populaires en Angleterre, animateur phare de la BBC, anobli par la reine pour ses activités philanthropiques dans les hôpitaux, eut droit à des funérailles quasi nationales en 2011. Mais en 2012, à la faveur d’une émission où cinq de ses victimes ont témoigné, le mythe a viré au scandale, et la boîte de Pandore a été éventrée. De révélations en révélations, son passé de violeur et de pédophile est apparu au grand jour. Pour raconter cette incroyable histoire de responsabilité et de secret collectifs, Pierre-Marie Baudoin a utilisé tous les moyens que peut offrir le spectacle vivant.
 
Le plateau du théâtre est divisé en divers espaces temporels et mentaux. Un écran diffuse des scènes recréées, qui redonnent vie à des moments télévisuels des années 70 et 80, période où Jimmy Savile fascinait un très large public. Un plateau de télévision reconstitué permet à un narrateur-juge d’interroger Jimmy Savile sur son enfance, ses exactions, ses pulsions. Dans un autre angle, des acteurs jouent le rôle de certaines des victimes de Savile, parmi lesquelles se trouvaient aussi des personnes de sa propre famille, ainsi que des malades soignés dans les hôpitaux dont il était un bénévole vénéré. 
 
Violence et responsabilité collective
 
Comme en un procès, les victimes témoignent sobrement des abus subis, des traumatismes tus, du silence assourdissant ayant entouré leurs tentatives de dénonciation. Sur une estrade, le groupe Okay Monday, avec son chanteur à la voix et à la présence remarquables, interprète au fil des scènes, comme pour désamorcer la crudité du propos et permettre à chacun de reprendre haleine, des morceaux pop rock des années 70. 
 
Grâce à ces trouvailles scéniques simultanées, la pièce démonte les stratégies d’un prédateur sexuel, protégé par son aura de star télévisuelle, dont on estime aujourd’hui qu’il aurait commis plus de 500 crimes sexuels. Par le biais de la musique, de la danse, des témoignages et de la fiction, cette pièce fait entendre ses victimes, avec respect et sans voyeurisme. 
 
Elle pose au spectateur la lancinante question de la responsabilité collective : comment se fait-il que malgré les plaintes, un homme ait pu dissimuler à tous, pendant si longtemps, son immense projet d’abus sexuels ? Jimmy Savile sévissait dans les hôpitaux, dans les orphelinats dont il était parrain et mécène, et même dans les locaux de la BBC. Ses victimes sont des enfants, des femmes et des hommes âgés de 5 à 75 ans. La pièce, qui évite la voie chronologique, soumet plutôt à notre regard la question de l’aveuglement, de l’opportunisme de ceux qui savaient et n’ont soufflé mot. En filigrane, elle ouvre aussi sur la question du courage de dévoiler l’impensable. Reste enfin le mystère insondable de la psyché humaine, capable de conduire à ces atrocités.

Jimmy Savile, Un silence assourdissant – Mis en scène par Pierre-Marie Baudoin, avec le groupe Okay Monday - Les 16 et 17 février à l’Avant Seine/ Théâtre de Colombes


Partagez avec Facebook

Le 13 février 2016

galerie photos
paris01.jpg
Pub

AccueilActualitéCultureInterviewGalerie photosÉditoQui sommes-nous?
Copyright © 2004-2008 lemagazine.info | tous droits réservés | Designé & Développé par Ilich Chamorro

SPIP | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0