L’Ethiopie confrontée à de nombreux défis stratégiques

Si L’Ethiopie offre d’immenses opportunités de développement et d’investissements aussi bien nationaux qu’étrangers, elle doit aussi relever de nombreux défis stratégiques, conséquences du dérèglement climatique, des migrations, et de la situation géopolitique de la Grande Corne de l’’Afrique. Yohannes Abraha, Ministre Conseiller de l’Ambassade d’Ethiopie auprès de l’Union européenne s’en explique au magazine.info.


Dr. Tadros Adhanom, Ministre des AE Ethiopien et Federica Mogherini Vice Présidente de la Commission européenne

Le magazine.info : Monsieur le Ministre, la Grande Corne de l’Afrique et notamment l’Ethiopie sont fortement affectées par le dérèglement climatique “El Nino”. Quelle est la situation sur le terrain dans votre pays ?

Yoannes Abraha : En effet, la sécheresse due au phénomène météorologique extrême de “El Nino” qui sévit notamment au nord et au sud-est de notre pays a de graves conséquences pour la nutrition, l’accès à l’eau, l’hygiène et la santé de populations déjà vulnérables. Les troupeaux sont décimés, les récoltes anéanties par manque de pluie. Le nombre de personnes souffrant d’insécurité alimentaire en raison de la sécheresse est passé de 2.9 millions en janvier 2015 à 8.2 millions en octobre 2015 et serait actuellement de plus de 10.2 millions dans notre pays et de 14.4 millions pour l’ensemble de la Corne de l’Afrique.

Notre gouvernement tente de faire face à cette situation désastreuse en important de vastes quantités de céréales dans le monde entier. Mais les besoins immédiats en eau, en nourriture et en soins de santé sont à un niveau critique dans plus de la moitié des 700 districts que compte l’Ethiopie. Aucun pays ne peut affronter seul une telle catastrophe imputable, rappelons-le, au dérèglement climatique. Nous avons besoin d’aide extérieure d’urgence pour sauver des vies et accroître la résilience des populations confrontées à de telles catastrophes naturelles.
 
Le magazine.info : Lors de la Table ronde humanitaire de haut niveau qui s’est tenue à Addis Abeba le 31 janvier dernier, l’Union européenne s’est engagée à mobiliser 170 millions d’euros pour lutter contre les effets de la sécheresse provoqués par El Nino dans votre pays. L’ONU a lancé un appel à financement d’urgence pour 1.4 milliard de dollars. Mais quelle est la contribution de votre propre gouvernement ?

Yoannes Abraha : A ce jour, moins de la moitié des 1.4 milliard de dollars nécessaires a été financée par les donateurs. Nous sommes reconnaissants pour l’aide accordée par l’UE, mais il ne faut pas oublier que le gouvernement éthiopien fait aussi un effort considérable pour protéger sa population en s’attaquant aux conséquences de la pire sécheresse depuis 50 ans. Il s’est donc engagé à hauteur de 380 millions de dollars. Et de plus, le vice-premier ministre Demeke Mekonnen pilote directement les opérations du Comité national de coordination contre la sécheresse. A Addis Abeba, la vice-présidente de la Commission européenne, Kristalina Georgieva a d’ailleurs salué la mise en place d’une logistique efficace de distribution d’aide aux populations. Ainsi, lors du prochain sommet mondial humanitaire, l’Ethiopie pourrait même être invitée à faire profiter de ses bonnes pratiques administratives et logistiques, d’autres pays affectés par de semblables calamités naturelles.

Parallèlement, comme l’a rappelé Kristalina Georgieva, l’UE et l’Ethiopie doivent continuer à renforcer leur coopération et leur coordination opérationnelle afin que les populations concernées reçoivent l’aide dont elles ont besoin au moment où elles en ont besoin. Ne pas répondre efficacement aux conséquences désastreuses du changement climatique contraindra davantage de populations à l’exode tout en constituant un terreau fertile d’instabilité.

Le magazine.info : Autre sujet de grave préoccupation : l’Ethiopie est un pays de transit, de provenance, de destination de migrants irréguliers et de réfugiés. Pouvez-vous faire le point de la situation en nous rappelant aussi le nombre et la provenance des réfugiés que vous hébergez ?

Yoannes Abraha : Ils sont actuellement 730 000 en provenance des pays voisins, la Somalie, l’Erythrée, le Soudan, pays ravagés par les conflits internes, les exactions des mouvements extrémistes et le sous-développement. Nous sommes le pays d’Afrique abritant le plus grand nombre de réfugiés. C’est un lourd fardeau pour notre pays et pourtant notre population fait souvent preuve d’une grande solidarité. Par exemple, il n’est pas rare que des femmes enceintes soient accueillies pour accoucher dans les familles villageoises proches des camps de réfugiés.

Lemagazine.info : Depuis l’ouverture officielle des relations entre l’Ethiopie et l’Union européenne il y a 40 ans, l’Ethiopie est un partenaire clé de l’UE concernant la stabilité de la Corne de l’Afrique et le contrôle des migrations internationales, la lutte contre les extrémismes et le terrorisme. Pouvez-vous préciser l’étendue de cette coopération ?

Yoannes Abraha : Rappelons tout d’abord que notre pays est le premier menacé par les mouvements extrémistes tels que Al Shebaab, Al Ithihad ou Al Islamiya. Les régions de notre pays jouxtant la frontière avec la Somalie, l’Erythrée, le Soudan ne sont pas sûres. Nous sommes aussi au carrefour de plusieurs réseaux de trafiquants internationaux d’êtres humains qu’il s’agisse de notre propre main d’œuvre ou de migrants irréguliers. C’est pourquoi nous nous réjouissons que suite à l’Agenda commun sur la migration et la mobilité, signé le 11 novembre dernier en marge du Sommet de la Valette, l’UE envisagerait de renforcer sa coopération avec notre pays en matière d’échanges d’information concernant les réseaux d’immigration irrégulière et la lutte anti-terroriste.



 


Partagez avec Facebook

Le 7 février 2016

galerie photos
paris01.jpg
articles les plus lus
Pub

AccueilActualitéCultureInterviewGalerie photosÉditoQui sommes-nous?
Copyright © 2004-2008 lemagazine.info | tous droits réservés | Designé & Développé par Ilich Chamorro

SPIP | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0