UE/Ethiopie : défis stratégiques et immenses opportunités

Suite à la visite aux dirigeants des institutions européennes du Ministre éthiopien des Affaires étrangères, Dr. Tedros Adhanom, Le magazine.info s’est entretenu avec Yohannes Abraha, Ministre Conseiller de l’Ambassade d’Ethiopie à Bruxelles sur les principaux enjeux de cette rencontre des 12 et 13 janvier derniers. 
 

Dr. Tadros Adhanom, Ministre des AE Ethiopien et Federica Mogherini Vice Présidente de la Commission européenne

Le Magazine.info : Avec 10,3% de croissance par an, l’économie éthiopienne est en plein essor. Quels sont les secteurs où vous souhaitez attirer des investisseurs étrangers, partenaires de votre développement ?

Yohannes Abraha : La principale priorité est l’agriculture à grande échelle et l’agroprocessing afin de nourrir plus efficacement que par les récoltes des petites exploitations familiales, une population de 100 millions d’habitants (dont 50 millions de moins de 30 ans) parmi lesquels 23 millions vivent encore sous le seuil de pauvreté. Il faut noter qu’idéalement, nous sommes contre l’usage des pesticides et des organismes génétiquement modifiés(OGM) mais à l’heure actuelle, notre priorité première est de nourrir notre vaste population. Ceci dit, nous encourageons aussi la culture du teff, céréale très prisée des Ethiopiens pour leur plat typique “ Injera” et de plus en plus appréciée dans le monde entier parce que sans gluten.

Nous essayons aussi d’attirer les investisseurs étrangers dans l’horticulture, les industries de transformation : le textile, le cuir, mais aussi dans le secteur minier et les énergies renouvelables. C’est pourquoi, nous nous réjouissons de la signature d’un accord de partenariat stratégique avec l’UE ainsi que de l’organisation au printemps prochain d’un Forum des Affaires Union européenne Ethiopie.

Le Magazine.info : Quels sont actuellement dans votre pays les investisseurs étrangers les plus importants et précisément dans quels secteurs d’activité ?

Yohannes Abraha  : Sur un total de 3 milliards de dollars de capitaux étrangers investis, les premiers sont les Turcs qui sont très actifs dans le textile et la métallurgie. Puis viennent en second lieu, les Chinois dans les infrastructures, les routes, les chemins de fer et les télécommunications. Les Indiens occupent la troisième place et sont présents à la fois dans le textile, la métallurgie et l’agriculture. Viennent ensuite dans une moindre mesure, les Européens et les Nord-Américains principalement dans l’industrie, les boissons et les pharmaceutiques.

Le Magazine.info : L’approvisionnement énergétique étant préalable à tout développement, quelle est la situation de la fourniture énergétique dans votre pays et quelles sont vos principales réalisations dans le domaine de la production énergétique ?

Yohannes Abraha : Selon le rapport d’évaluation des cinq premières années du Plan de Croissance et de Transformation (2010 -2015), le taux d’accès à l’électricité est actuellement de 60%, alors qu’il n’était que de 23% en 2011. Au cours de la première année de ce Plan du gouvernement éthiopien, ce sont 5183 villages qui ont été connectés au réseau électrique. Parallèlement, le taux d’accès à l’eau potable serait de 97% en zones urbaines et de 49% en zones rurales. Nous construisons actuellement sur le Nil bleu, un barrage géant appelé le Great Ethiopian Renaissance Dam (GERD). Ce Grand Barrage de la Renaissance Ethiopienne devrait fournir 6000 megawatts et même nous permettre d’exporter de l’électricité dans les pays voisins, entre autres, l’Egypte, le Soudan, le Kenya, et Djibouti. En réalité, notre pays a un immense potentiel de production d’énergie hydraulique, géothermale, solaire et éolienne. L’Ethiopie a même l’ambition de devenir la “centrale électrique” de l’Afrique, grâce notamment à son potentiel hydraulique estimé à 45 000 voire 60 000 mégawatts selon les experts.

Le Magazine.info : Des mesures favorables aux investisseurs étrangers ont-elles été mises en place par votre gouvernement ?

Yohannes Abraha : Dotée d’un taux de croissance rapide pouvant atteindre jusqu’à 11,2% par an selon les dernières projections, l’Ethiopie est aussi considérée comme l’un des pays les plus stables du continent africain. Dans ce contexte prometteur, le gouvernement éthiopien s’est efforcé de présenter tout un ensemble de mesures destinées à attirer les investisseurs étrangers. Il propose entre autres, des conditions favorables à l’installation, des avantages financiers et fiscaux, des exonérations de droit de douane, des possibilités de rapatriement des profits et des dividendes en devises étrangères, etc. Il convient de mentionner aussi l’ouverture le 16 juillet dernier du premier bureau de la Banque européenne d’investissement (BEI) à Addis Abeba. Ainsi, la plus grande institution de financement multilatérale au monde pourra apporter directement son soutien à des investissements essentiels dans les domaines de l’eau, de l’énergie notamment ainsi qu’à la croissance du secteur privé, élément fondamental du développement économique de l’Ethiopie.


 


Partagez avec Facebook

Le 1er février 2016

galerie photos
paris01.jpg
Pub

AccueilActualitéCultureInterviewGalerie photosÉditoQui sommes-nous?
Copyright © 2004-2008 lemagazine.info | tous droits réservés | Designé & Développé par Ilich Chamorro

SPIP | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0